Pharmacie du Léman

Surveillance sanitaire en Bretagne. Point épidémiologique au 21 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

Points clés

Pathologies en lien avec la chaleur
La hausse des températures observées en fin de semaine 24 a engendré une hausse des indicateurs pour pathologies en lien avec la chaleur.
Un épisode caniculaire est en cours depuis le 18 juin et jusqu’au moins le 22/06. Des hausses d’activité en lien avec la chaleur sont déjà observées depuis le début de la semaine 25 plus particulièrement en Ille-et-Vilaine et dans le Finistère.

Méningites à Entérovirus
Nombre de passages aux urgences pour méningite à entérovirus supérieur aux moyennes saisonnières.

Par ailleurs, on note une augmentation du recours aux urgences pour fièvre isolée (chez les moins de 2 ans, urgences hospitalières) et pour piqure d’insecte. (données non présentées).

Lire l'article

Surveillance épidémiologique dans les Pays de la Loire. Point au 20 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

Au cours de la semaine dernière dans la région :

Episode de canicule dans la région depuis dimanche 18 juin, en voie d’atténuation dans l’ouest de la région.
Aujourd’hui, 20 juin, 3 départements (Maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe) étaient en vigilance orange et la Loire-Atlantique et Vendée en vigilance jaune.
Augmentation des consultations SOS Médecins pour coup de chaleur/hyperthermie, principalement depuis samedi 17 juin, pour atteindre un pic lors de la journée du lundi 19 juin avec 29 consultations, puis 22 consultations le mardi 20 juin. Parmi les 60 diagnostics de coup de chaleur recensés depuis dimanche, 90% concernaient des personnes âgées de moins de 45 ans.
Une légère augmentation des passages aux urgences hospitalière pour coup de chaleur/hyperthermie a également été observée depuis la semaine dernière, principalement lors du week-end du 17-18 juin. Le nombre de passages a augmenté hier (de 3 à 11 passages) dans le Sarthe où la température maximale a atteint 36°C.

Un bilan de la canicule 2016 dans la région est disponible en ligne à l’adresse suivante :
http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Bulletin-de-veille-sanitaire/Tous-les-numeros/Pays-de-la-Loire/Bulletin-de-veille-sanitaire-Pays-de-la-Loire.-n-
38-Juin-2017

Même si les personnes âgées restent les personnes les plus vulnérables, le bilan souligne l’importance de la prévention des coups de chaleur chez les enfants et jeunes adultes par la limitation des activités lors des pics de chaleur.

Enfin, on observe toujours une activité inhabituelle de consultations à SOS Médecins Nantes pour des piqûres d’insectes.

Lire l'article

Epidémie de conjonctivites virales aux Antilles. Point au 16 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

Synthèse

Une épidémie de conjonctivites d’origine virale est actuellement en cours aux Antilles.

En effet, les indicateurs de surveillance sanitaire suivis en routine font état d’une augmentation importante de cas de conjonctivite infectieuse sur nos territoires depuis cinq semaines. Les prélèvements réalisés en Guadeloupe ont mis en évidence de l’entérovirus et en Martinique ainsi que de l’adénovirus en double circulation en Martinique.

En Guadeloupe, l’éclosion épidémique a débuté à Marie-Galante et a ensuite diffusé sur la Grande-Terre puis la Basse-Terre récemment.

En Martinique, l’épidémie qui à ses début s’était concentrée sur le Centre et le Sud de l’île a depuis diffusé à une grande partie du territoire.

A Saint-Martin, l’épidémie a démarré il y a deux semaines tandis que la situation épidémiologique de la conjonctivite à Saint-Barthélemy reste calme.

Dans la zone Caraïbe et d’Amérique du Sud, une épidémie sévit en Guyane depuis la fin du mois d’avril (Semaine 2017-17). Le Surinam, la République Dominicaine et Haïti font également état d’une épidémie de conjonctivite de grande ampleur depuis plusieurs semaines.

Lire l'article

Surveillance des arboviroses en Occitanie. Point épidémiologique au 15 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

Points clés

En Occitanie, depuis le 1er mai 2016, 8 cas suspects signalés dans les 10 départements sous surveillance renforcée :
- aucun cas autochtone n’a été confirmé
- 4 cas importés (=de retour de zone de circulation virale) de dengue, 1 de Zika, et 0 de chikungunya ont été confirmés

Au niveau national, du 1er mai au 16 juin 2017 :
- Aucun cas de transmission vectorielle autochtone
- 20 cas importés (=de retour de zone de circulation

Lire l'article

Surveillance sanitaire en région Grand Est. Point épidémiologique au 15 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

Points clés

Surveillance renforcée de chikungunya, de la dengue et du Zika

  • En France métropolitaine, Aedes albopictus dit « moustique tigre » est implanté dans 33 départements. En 2017, le Bas-Rhin et le Haut Rhin sont classés comme département de niveau 1 du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue en métropole, en raison de l’implantation durable du moustique vecteur. Ces départements intègrent le dispositif de surveillance renforcée du chikungunya, de la dengue et du zika en métropole, actif du 1er mai au 30 novembre chaque année.
  • Entre le 1er mai et le 9 juin 2017, 1 cas importé de chikungunya a été confirmé dans le Bas-Rhin.

Surveillance de l’asthme

  • La part des diagnostics d’asthme dans l’activité des services d’urgence est en nette diminution par rapport à la semaine précédente (semaine 23).
  • Pour les associations SOS Médecins de la région, l’activité liée à l’asthme est légèrement inférieure aux valeurs habituellement observées à cette période de l’année.

Surveillance des allergies

  • Suite au pic d’activité observé en semaine 21, l’activité liée aux allergies est en diminution chez les associations SOS Médecins sur les 2 dernières semaines.
  • D’après le bulletin allergo-pollinique, le risque allergique est très élevé pour les pollens de graminées dans l’ensemble des départements de la région Grand Est.

Canicule et fortes chaleurs

  • Le système d’alerte canicule et santé (SACS) est opérationnel depuis le 1er juin 2017.

Surveillance de la mortalité

  • Au 15 juin 2017, le nombre de décès observés au cours des dernières semaines se situe dans les marges de fluctuations habituelles.

Lire l'article

Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 15 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

A la Une

Le Plan National Canicule 2017
Le Plan National Canicule (PNC) est activé du 1er juin au 31 août chaque année. Les objectifs sont d’anticiper une vague de chaleur, de protéger les populations des effets sanitaires d’une canicule par la mise en place de mesures de gestion adaptées, d’informer et communiquer pour sensibiliser et protéger les populations, de capitaliser les expériences après chaque été. Les recommandations sanitaires à destination des professionnels de santé et du grand public avaient été actualisées par le Haut Conseil de Santé Publique en mai 2014.
Le PNC est fondé sur la surveillance par département des prévisions de températures fournies par Météo-France (MF). Pour anticiper une vague de chaleur, MF fournit chaque jour à 12h les prévisions météorologiques et à 16h une carte de vigilance indiquant les niveaux d’alerte départementaux proposés aux préfets pour le lendemain. Le PNC se structure en quatre niveaux de gestion :

  • niveau 1 - veille saisonnière : activé du 1er juin au 31 août (vigilance verte pour le paramètre « canicule » de la carte de vigilance)
  • niveau 2 - avertissement chaleur : préparation à une montée en charge des mesures de gestion (vigilance jaune « canicule »)
  • niveau 3 - alerte canicule : déclenché par les préfets de départements, en lien avec les ARS, (vigilance orange « canicule »)
  • niveau 4 - mobilisation maximale : déclenché par le premier ministre (vigilance rouge « canicule »).

En cas de déclenchement d’une vague de chaleur (niveau 3 ou 4 du PNC), la surveillance quotidienne d'indicateurs sanitaires permet d’apprécier l’impact éventuel de la chaleur pour que les services concernés (santé, gestion, communication, etc.) puissent ajuster les mesures de gestion.
Le choix des indicateurs sanitaires s’appuie sur une revue de la littérature1 : nombre de passages aux urgences (tous âges, 75 ans et plus), nombre de passages aux urgences pour pathologies en lien avec la chaleur (hyperthermies, déshydratations et hyponatrémies), nombre d’actes SOS Médecins (toutes causes et pour pathologies en lien avec la chaleur - hyperthermies et déshydratations) et nombre de décès. Au vu du délai de déclaration des décès, Santé publique France ne peut évaluer l’impact d’une vague de chaleur sur la mortalité qu’après 4 semaines.
La surveillance environnementale et les indicateurs sanitaires seront présentés chaque semaine, pendant toute la durée du PNC, dans le point épidémiologique hebdomadaire de la Cire Bourgogne Franche-Comté. En cas de vague de chaleur, un point épidémiologique quotidien sera produit dès le lendemain du passage en alerte canicule. Un point plus complet sera réalisé a posteriori par la Cire quatre semaines après la vague de chaleur pour permettre d’intégrer une analyse de la mortalité.

Lire l'article

Surveillance sanitaire en région Nouvelle-Aquitaine. Point épidémiologique au 22 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

Points clés

Mortalité : d’après les données de mortalité fournies par l’Insee, le nombre observé de décès toutes causes confondues sur la semaine 23 reste en dessous de celui attendu sur cette période. Tendance identique au niveau national.

Passages aux urgences des populations sensibles : l’activité aux urgences chez les personnes âgées de 75 ans et plus et les moins de 1 an reste proche de l’attendu pour cette période.

Virologie : le nombre de prélèvements positifs pour virus respiratoires des laboratoires des CHU de Bordeaux, Limoges et Poitiers a augmenté en semaine 24 (33 prélèvements positifs). Aux CHU de Poitiers et Bordeaux, la majorité était du Rhino/Enterovirus (11 et 8 prélèvements).

Maladies à déclaration obligatoire (MDO) : Poursuite de la circulation du virus de la rougeole dans la région malgré une baisse des déclarations de rougeole ces dernières semaines. Poursuite de l’augmentation des déclarations d’hépatite A dans la population masculine depuis début 2017 en région. Les souches épidémiques du virus de l’hépatite A circulants chez les HSH dans d’autres régions ont été retrouvées chez des cas en Nouvelle-Aquitaine.

Allergies : l’activité pour les allergies observée par les associations SOS Médecins poursuit sa baisse en Nouvelle-Aquitaine. Sur la région, le risque allergique au pollen de graminées reste élevé dans la majorité des départements de la région.

Varicelle : l’activité pour varicelle selon les données SOS Médecins est baisse par rapport à la semaine précédente avec une proportion sous la valeur attendue pour la saison.

Chikungunya, Dengue et Zika – Surveillance renforcée en Nouvelle-Aquitaine : depuis le 1er mai, début de la surveillance renforcée dans les départements de la région colonisés par Aedes albopictus, 24 cas suspects ont été signalés. Parmi eux, 1 cas de dengue a été confirmé.

Pathologies liées à la chaleur
Activité stable selon les deux sources de données en S24.
Suite à l’épisode de canicule qui touche notre région depuis le 25/06, point régional au 19/06 disponible sous : http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Points-epidemiologiques/Tous-les-numeros/Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes/2017/Systeme-d-alerte-canicule-et-sante-en-Nouvelle-Aquitaine.-Point-au-20-juin-2017

Lire l'article

Surveillance sanitaire en région Nouvelle-Aquitaine. Point épidémiologique au 15 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

Points clés

Mortalité : d’après les données de mortalité fournies par l’Insee, le nombre observé de décès toutes causes confondues sur la semaine 22 reste en dessous de celui attendu sur cette période. Tendance identique au niveau national.

Passages aux urgences des populations sensibles : l’activité aux urgences chez les personnes âgées de 75 ans et plus et les moins de 1 an reste proche de l’attendu pour cette période.

Virologie : le nombre de prélèvements positifs pour virus respiratoires des laboratoires des CHU de Bordeaux, Limoges et Poitiers a diminué en semaine 23 (18 prélèvements positifs). Au CHU de Poitiers, la majorité était du Rhino/Enterovirus (11 prélèvements). Au CHU de Bordeaux, ce sont des virus parainfluenzae (3 prélèvements).

Maladies à déclaration obligatoire (MDO) : Poursuite de la circulation du virus de la rougeole dans la région malgré une baisse des déclarations de rougeole ces dernières semaines.
Poursuite de l’augmentation des déclarations d’hépatite A au mois de mai dans cinq départements de la région, dont près de la moitié depuis début 2017 en Gironde. Les souches épidémiques du virus de l’hépatite A circulants chez les HSH dans d’autres régions ont été retrouvées chez des cas en Nouvelle-Aquitaine.

Allergies : l’activité pour les allergies observée par les associations SOS Médecins est en baisse en Nouvelle-Aquitaine après 2 semaines d’augmentation. Au niveau national, l’activité pour allergie est également en baisse en semaine 23. Sur la région, le risque allergique au pollen de graminées reste très élevé dans la majorité des départements de la région.

Varicelle : l’activité pour varicelle selon les données SOS Médecins est en hausse par rapport à la semaine précédente avec une proportion qui reste sous le seuil d’alerte pour la saison. L’activité au niveau national est modérée d’après le réseau sentinelle.

Chikungunya, Dengue et Zika – Surveillance renforcée en Nouvelle-Aquitaine : depuis le 1er mai, début de la surveillance renforcée dans les départements de la région colonisés par Aedes albopictus, 23 cas suspects ont été signalés. Parmi eux, 1 cas de dengue a été confirmé.

Pathologies liées à la chaleur
Une baisse des pathologies liées la chaleur est observée en semaine 23 d’après les données SOS Médecins. Toutefois, une forte activité est observée le 11/06 (1,7 % de l’activité totale) en lien avec la hausse des températures du weekend, avec une majorité des consultations pour chaleur qui concernent les moins de 15 ans. Pas de vigilance canicule déclarée dans les départements de Nouvelle-Aquitaine en S23 selon Météo France.

Lire l'article

Surveillance sanitaire en région Centre-Val de Loire. Point épidémiologique au 22 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

Points clés

Un épisode de fortes chaleurs est actuellement en cours sur la région depuis le lundi 19 juin 2017 qui a conduit Météo France à placer en vigilance orange, les 6 départements de la région.

  • Depuis le début de l’épisode de chaleur : La tendance est à la hausse des recours pour pathologies liées à la chaleur dans le réseau OSCOUR®. Pas de variation notable pour le réseau SOS Médecins.
  • Pour la journée du 20/06/2017 :
    - 18 passages aux urgences pour pathologies liées à la chaleur tous âges confondus ; ces recours concernaient principalement les moins de 15 ans (50%), les 15-44 ans (17%) et les plus de 75 ans (22%). Environ 11% des passages aux urgences pour pathologies liées à la chaleur tous âges confondus ont été suivis d’une hospitalisation.
    - 7 consultations SOS Médecins pour pathologies liées à la chaleur tous âges confondus ; ces recours concernaient les 15-44 ans (n=3), les moins de 15 ans (n=2) et les plus de 75 ans (n=1).

A noter également, un dépassement de légionnelles dans 4 établissements de la région (gymnases et stades).

Lire l'article

Surveillance sanitaire en région Centre-Val de Loire. Point épidémiologique au 14 juin 2017.

Posté le 27 juin 2017

Points clés

Infections à hépatite A
Entre juin 2016 et mai 2017, un nombre inhabituel de cas d’hépatite A touchant les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) a été rapporté en Europe.
A ce jour, en France et chez les HSH, un épisode de cas groupés en région Normandie (janvier 2017) et une augmentation des cas sporadiques dans les régions Ile-de-France et Hauts de France ont été signalés.
En région Centre-Val de Loire, 5 cas d’hépatite A ont été rapportés entre début mai et début juin 2017 chez des HSH, dont 3 étaient infectés par une même souche (souche IA VRD-521-2016, dite « UK Travel to Spain »).
Cette augmentation du nombre de cas intervient dans un contexte de tensions d’approvisionnement en vaccins contre l’hépatite A d’une part, et d’organisation de plusieurs événements nationaux et internationaux regroupant la communauté LGBT au cours des mois à venir (tels que la World Pride qui aura lieu à Madrid en juin-juillet 2017).
Il est important de rappeler les conseils de prévention : information, vaccination, mesures d’hygiène (dont alimentaires) et accès à des moyens de prévention lors des rapports sexuels.

Pathologies liées à la chaleur
En région Centre-Val de Loire et en semaine 23, pas d’augmentation des recours aux associations SOS Médecins ni des passages aux urgences pour des pathologies en lien avec la chaleur.

Lire l'article

Système d’alerte canicule et santé en Ile-de-France. Point au 24 juin 2017.

Posté le 26 juin 2017

Points clés

Les 8 départements de la région étaient en vigilance verte (veille saisonnière) le 23/06 (source : Météo-France).

  • Depuis le début de l’épisode de chaleur : après une augmentation des recours pour pathologies liées à la chaleur depuis le début de l’épisode de chaleur, on observe hier une nette diminution des recours pour pathologies liées à la chaleur dans les deux réseaux Oscour® et SOS Médecins.
  • Pour la journée d’hier :
    - 43 passages aux urgences pour pathologies liées à la chaleur ; ces passages concernaient majoritairement les adultes de 75 ans et plus. Environ 56% des passages aux urgences ont été suivis d’une hospitalisation ;
    - 37 consultations SOS Médecins pour pathologies liées à la chaleur ; ces consultations concernaient principalement les enfants de moins de 15 ans et les adultes de 15 à moins de 75 ans.

Lire l'article

Système d’alerte canicule et santé en Nouvelle-Aquitaine. Point au 24 juin 2017.

Posté le 26 juin 2017

Points clés

  • Au 24/06/2017 (selon carte Météo du 23/06 à 16h), les 12 départements sont repassés en vert, donc en veille saisonnière.
  • Depuis le début de l’épisode de chaleur : après une hausse observée ces derniers jours dans les deux sources, tendance à la baisse des recours pour pathologies liées à la chaleur pour Oscour® et pour SOS Médecins et plus particulièrement pour la journée du 23/06.
  • Pour la journée d’hier :
    - 31 passages aux urgences hospitalières pour pathologies liées à la chaleur ; ces passages concernaient principalement les 75 ans et plus (59 %) . Environ 56 % des passages aux urgences ont été suivis d’une hospitalisation ;
    - 27 consultations SOS Médecins pour pathologies liées à la chaleur contre 43 la veille.

Lire l'article